contactez-nous

YAZD, VILLE DU DESERT ET DU FEU

 

De toutes les villes d’Iran, Yazd est sans doute la plus fascinante. Située au centre de l’Iran, Yazd fut la plaque tournante des routes caravanières qui reliaient Esfahân, Kermân, Shirâz, Mashhad et, plus loin, l’Asie centrale, l’Inde et l’Irak. Carrefour des commerces et des voyages, Yazd est aussi à la croisée de deux mondes: installée dans le piémont d’une haute chaîne montagneuse, d’où elle tire son eau par des qanâts (galeries souterraines), elle est aussi en bordure du désert du Kavir, une mer de sable et de limon salé. Fiancée du désert, cité de solitude, Yazd fut un refuge des zoroastriens, un asile des soufis et des savants, une ville de piété et de foi.

 

 

 

Tekieh Amir Chaqmâq, XIXe siècle.

 

 

Informations générales

 

Nom : Yazd,  ﯿﺰﺪ

 

Statut : Capitale de la province de Yazd

 

Population : 550'904 (2011)

 

Localisation Google Map / Google Earth

 

 

 

Mosquée du Vendredi, XIVe siècle.

 

 

Histoire

 

L’histoire ancienne de la ville est mal connue: on la dit avoir été fondée par Alexandre le Grand au IVe s. avant J.-C., alors que d’autres opinions font remonter sa fondation au roi sassanide Yazdegerd Ier (399-421). On l’appela longtemps «la prison d’Alexandre»: selon une légende, le conquérant grec y aurait emprisonné des dignitaires achéménides qui auraient construit la cité après le départ d’Alexandre. Conquise par les Arabes en 642, elle devint une riche cité commerçante, connue pour ses textiles. Préservée par les Mongols (XIIIe s.), plus tard par Tamerlan (XIVe s.), elle connut encore la prospérité sous les Safavides (XVIe-XVIIe s.). Elle connut des temps difficiles lors de l’invasion afghane (1722) et au XIXe s. Au XXe s., l’industrialisation de la filature et du tissage, l’implantation d’usines et la création de liaisons ferroviaires et aériennes redonnèrent une vitalité économique à la ville.  

 

 

 

Temple du feu zoroastrien.

 

 

Principaux monuments

 

Mosquée du Vendredi ; mausolée de Rokn od-Din ; mosquée Amir Chaqmâq ; tekiyeh Chaqmâq ; mausolée des Douze Imams ; Prison d’Alexandre (Zendân-e Iskandar) ; palais de Bâgh-e Dowlatâbâd ; maisons traditionnelles ; Musée de l'eau ; citerne Shish Bâdgir ; sites cultuels zoroastriens (temple du feu, tours du silence).

 

 

 

 

Jardin-palais de Bâgh-e Dowlatâbât, XVIIIe siècle.

 

Visite

 

Un jour suffit à voir les principaux monuments, mais un jour supplémentaire permet de flaner dans les anciens quartiers et de découvrir de nombreuses maisons traditionnelles, et la province mérite plusieurs jours, car des sites méritent une visite : Meybod, Fahradj, Chak Chak, etc.   

 

 

 

Une maison traditionnelle du XIXe siècle transformée en hôtel (Fahadan).

 

 

Documentation

 

Sites Internet Wikipédia / Wikitravel / www.yazd.com

 

Encyclopédie de l’Islam, vol. XI, article « Yazd ».

 

MEHRJERDI Yahia Zare, History of Yazd. Yazd the Ancient City, Lambert Academic Publishing, 2012.

 

MODARRES Ali, Modernizing Yazd: Selective Historical Memory and the Fate of Vernacular Architecture, Costa Mesa, Mazda Publishers, 2006. 

 

we ride in Iran
L'Iran antique, avec Mansour Amini
Facebook – Twitter – Instagramm - Linkedin