contactez-nous

TABRIZ, LA COSMOPOLITE

 

« Je n’ai pas vu à Tauris beaucoup de palais et de maisons magnifiques; mais il y a d’aussi beaux bazars qu’en lieu de l’Asie; et il fait admirablement beau voir leur vaste étendue, leur largeur, leurs beaux dômes et les voûtes qui les couvrent, le grand peuple qui y est durant le jour, et la quantité de marchandises dont ils sont remplis. »

Jean Chardin (XVIIe siècle)

 

 

 

Mosquée Bleue, 1465.

 

 

Informations générales

 

Nom : Tabriz (anciennement Tauris), ﺗﺒﺮﻴﺰ    

 

Statut : Capitale de la province d’Azerbaïdjan oriental

 

Population : 1'545’491 (2011)

 

Localisation Google Map / Google Earth

 

 

 

Maison de la Constitution, XIXe siècle.

 

 

Histoire

 

On ignore l’ancienneté exacte de la ville, peut-être fondée à l’époque sassanide (IIIe-VIIe s.), ou plus tôt encore, mais son histoire connue commence après la conquête arabe. Florissante grâce au commerce, Tabriz fut promue capitale par le Mongol Ghâzân Khân en 1295. Il y fait construire de splendides monuments, aujourd’hui tous ruinés. La ville devient alors un centre commercial, fréquenté par des marchands italiens, qui en font un relais pour leurs affaires en Asie. Tabriz perdit son importance sous les Timourides, puis redevint la capitale des Turcomans du «Mouton Noir», dont l’un des souverains fait construire le joyau de la ville: la «mosquée Bleue» (XVe s.). Les Safavides la choisissent comme première capitale, et Shâh Ismail Ier y impose le chiisme. Au XVIe s., la ville est plusieurs fois occupée par les Ottomans, qui pillent ses richesses et déportent à Istanbul des artistes qui y apporteront la culture persane. Jusqu’au XVIIIe s., et malgré un traité de paix signé en 1639, la ville continue d’être la proie du conflit intermittent entre la Perse et les Turcs. En 1722, elle accueillit le safavide Tahmasp II, chassé d’Esfahân par les Afghans: couronné, il est déposé dix ans plus tard par Nâder Shâh qui occupe la ville en 1729 et la reprend définitivement aux Ottomans. Lieu de résidence des héritiers du trône sous les Qâdjârs (XIXe s.), elle devient la victime des rivalités entre la Perse et les Russes, qui l’occupent en 1827-1828. Carrefour commercial sur la route de la mer Noire, elle trouve une nouvelle prospérité grâce à son ouverture sur la Russie et l’Empire ottoman. Cité cosmopolite, où se côtoient Arméniens, Turcs, Persans et Russes, elle fut, au XIXe et au début du XXe s., un centre culturel, commercial et spirituel dynamique. Elle inaugura l’ère de l’imprimerie au XIXe s. avant Tehrân, et fut le foyer de la Révolution constitutionaliste de 1906. Créée en 1860, la première ligne téléphonique relia Tabriz à Tehrân. En 1978, la ville fut le théâtre d’émeutes meurtrières, qui marquèrent un tournant dans le renversement du régime du chah. Elle est maintenant une ville industrielle et universitaire, qui accueille la seule Université d’art islamique du pays. Ville cosmopolite, à l’atmosphère unique, Tabriz est à la croisée des cultures persane, turque, russe et caucasienne. Elle est la capitale dynamique d’une province aux paysages magnifiques, riche en monuments et traditions culturelles et artisanales remarquables.

 

 

 

 

Bazar.

 

 

Principaux monuments

 

Mosquée Bleue ; bazar ; parc Elgoli ; « forteresse » ; Musée de l’Azerbaidjan ; Musée du Coran ; maisons traditionnelles (Maison de la Constitution, Musée Sandjesh, Maison de Behnam) ; Municipalité de Tabriz.

 

Sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco : Bazar (2010)

 

 

 

Parc Elgoli.

 

 

Visite

 

Un jour à un jour et demi suffisent pour visiter les principaux monuments. Un deuxième jour permet de faire une excursion au monastère arménien de Jolfa et au village troglodyte de Kandovân.   

 

 

 

Monastère arménien de Saint Stephanos, Djolfâ, au nord de Tabriz.

 

 

Documentation

 

Sites Internet Wikipédia / Wikitravel  

 

BOSWORTH C. Edmund (ed.), Historic Cities of the Islamic World, Leiden / Boston, Brill, 2007, p. 486-498.

 

PFEIFFER Judith (ed.), Politics, Patronage and the Transmission of Knowledge in 13th-15th Century Tabriz, Leiden / Boston, Brill, 2013.

 

we ride in Iran
Brochure en ligne
Facebook – Twitter – Instagramm - Linkedin